Staying alive

Enfin! Enfin, j’ai réussi à trouver le temps de poster. Qui aurait pu penser qu’être ma convalescence occuperait tout mon temps libre ou presque? Pas que je sois malade ou en incapacité physique de taper au clavier. C’est au contraire ma bonne forme et l’envie des proches de m’inviter qui font que je n’ai pas beaucoup de temps à moi. J’ai quasiment pas mangé chez moi depuis les deux dernières semaines au retour de ma première cure. Mais je ne vais pas me plaindre, ce serait un comble non? Juste que je commençais à culpabiliser de ne pas être passé sur mon blog plus tôt.

Pour vous raconter ma première cure rapidement, ça s’est globalement bien passé. Très bien au début, moins sur la fin. J’y étais du lundi au samedi et vers jeudi, j’ai ressenti les nausées arriver. Je pense à présent connaître ce que certaines femmes enceintes vivent. Pas génial génial, incapable de s’approcher de l’assiette, sinon c’est prendre le risque d’une petite expulsion gastrique… J’en ai fait une 😕 et si il y en avait eu une autre, ma rentrée du samedi était compromise. Alors j’ai serré les dents 🙂 et je suis sorti. Après, les deux semaines « à la maison », ça s’est déroulé vraiment très bien. On va juste le lundi en hospitalisation de jour pour une chimio qui passe en moins d’une heure et retour au bercail en mode KO. C’est pas la chimio qui claque, c’est un médicament qui empêche une réaction allergique avec comme effet secondaire une légère somnolence. Mais il faut savoir que chez moi, les médocs, je n’en prends jamais donc les effets secondaires, ils sont bien là! Alors c’est 4 heures ou je dors presque et après, ben je reste encore fatigué. Après ça, le reste de la semaine, je suis en parfait état de fonctionnement et j’en profite avec modération.

Piklo_07_09Mercredi dernier, j’ai remarqué un changement. Physique. Comme prévu, ma pilosité commence à me faire défaut. C’est lent mais ça a commencé. Du coup comme prévu, j’ai rasé la tête. Il paraît que ça me va bien aussi… et en attendant qu’il n’y ait plus rien du tout, j’aime bien aussi 🙂 L’avantage, c’est qu’au moment de la repousse, j’aurai vite cette tête là à nouveau 8)

Et maintenant, le futur. Lundi, je retourne pour une semaine d’hôpital pour ma deuxième et déjà avant-dernière cure. Avec des cycles de 3 semaines, ça passe vite. Du coup fin août sera ma dernière semaine pleine et pour le 14 septembre, la chimio sera terminée. Après ça, on verra si je dois me faire opérer à nouveau ou pas.

Je termine en remerciant encore une fois tout le monde. Franchement, jamais je n’aurai imaginé un tel soutien de tant de personnes. Boulot, amis, famille, internet… c’est le meilleur des médicaments. Alors encore une fois, merci merci merci.

Plus cancéreux que moi, tumeur!

Autour de moi, beaucoup de personnes s’étonnent de la légèreté dont je fais preuve lorsque je parle de mon cancer. C’est en premier lieu, parce que dans la grande liste des saloperies de la vie qu’on peut attraper un jour. Le cancer du testicule est une chose devenue non pas bénigne (la tumeur, elle, est maligne je le rappelle :D) mais « peu intéressante » dixit mon urologue et dont on en s’en sort très bien en général (plus de 90%).

Mais si je prends ma maladie avec autant de désinvolture, c’est aussi par philosophie. A quoi bon vouloir se gâcher les bons moments qu’ils nous resteraient? On se souviendra du Cercle des poètes disparus, avec cette « belle » leçon de moral pour un gamin de 10 ans à l’époque. Le fameux Carpe Diem.

Mais j’avoue en même temps, ça reste facile à dire. Si l’on m’avait annoncé ma mort programmée, il est plus que certain que je ne tiendrais pas le même discours. Alors hypocrite? Un peu sans doute. Il est aisé d’avoir une certaine assurance face à son cancer lorsqu’on sait qu’on va plus que probablement s’en sortir. De plus le mot cancer fait souvent peur, peur au point qu’on arrive à le ressentir parfois dans le regard des gens à l’annonce de la maladie. Alors forcément, si l’on a un « simple » cancer et qu’on le gère à la Chuck Norris, même pas peur, que je suis en contact avec les vieux esprits Sioux et que je sais que je ne vais pas plonger dans le grand nirvana infini, pour certain ça impressionne.

Heureusement pour ma santé (morale cette fois), je ne suis pas du genre à me la jouer. Comment le pourrais-je alors que d’autres ont eu ou auront moins chance que moi. En fait c’est ça, je suis chanceux finalement, comme un mec qui gagne à la loterie. On ne peut pas se la péter d’être riche alors qu’on a juste validé un ticket.

Pour les dernières nouvelles, ma chimio commence le 13 juillet avec une hospitalisation pour la semaine… mais j’ai mon iPhone à présent, alors je devrais même pouvoir poster des infos depuis ma chambre avec en prime des photos de tout un tas de choses. Et je vous promets que tout va bien se passer et que je vais m’en remettre rapidement. Je le promets… sur ma vie. Ah ah. Quoi comment ça, ça ne vaut pas? 😀

And last but not least, une vidéo très courte de Monsieur Alain Chabat sur une autre citation (celle du titre du billet en est une aussi) de feu l’excellentissime Pierre Desproges. Étonnant, non?


Alain Chabat « cancer »
envoyé par pierredesprogesCliquez pour voir plus de vidéos marrantes.