L’épicurisme

le fruit défendu

Contrairement aux idées reçues, l’épicurisme ne fait pas l’apologie des plaisirs sans limite, l’idée de profiter de tout car demain nous n’existerons plus.

L’hédonisme épicurien propose en fait de faire l’impasse sur certains plaisirs si ceux-ci se paient par des peines, douleurs et chagrins. Après avoir lu ça dans un numéro du Nouvel Obs’, je me suis dit que je me sentais bien avec ce principe de vie. Sauf qu’après réflexion, je crois bien qu’en général j’ai plus fait attention aux douleurs des autres qu’aux miennes. Cette fâcheuse tendance de trop vivre pour l’autre et pas assez pour soi… A moins de trouver une personne qui raisonne comme moi, je risque de me ramasser encore pas mal de fois.

Des fois je me demande pourquoi j’ai toujours cette morale au fond de moi qui contrôle tant mes actes, cette petite voix sur mon épaule qui me souffle : « non ce n’est pas bien, tu n’aimerais pas qu’il t’arrive la même chose ». Mais bordel, si je fais comme tout le monde, où est le mal, puisque j’ai l’impression que c’est devenu la norme? Je dis souvent que j’ai sans doute trop été bercé par les belles histoires de la télévision (génération Bouba…), du coup ça fait de moi un mec gentil… J’espère pas gentil dans le genre miévreux. Navie avait abordé le sujet et ça me trotte depuis pas mal de temps, mais j’ai vraiment l’impression que plus on agit comme le stéréotype du mec limite macho, qui pense surtout à lui avant les autres, plus on est heureux et sans soucis.

Dans mon cas, je crois qu’il est déjà trop tard, reste plus qu’à vivre ma vie du mieux que je peux, de vivre pleinement les plaisirs qui se présentent à moi (toujours avec modération donc) et qui sait, la vie me réservera bien des surprises.

Petite parenthèse, ma fille est rentrée d’un long mois de vacances aujourd’hui, je l’ai aperçue une minute avant qu’elle ne reparte avec sa maman, ça a été mon plus beau moment de la journée, vivement demain que je la serre fort dans mes bras.

Commentaires

» Flux RSS des commentaires

5 Réponses à “L’épicurisme”

  1. Marina le 8 septembre, 2008 3:11

    ta petite parenthèse, c’est ta vraie personnalité, ton vrai toi alors n’essaie pas de changer pour un mec macho sans coeur et sans principe. tu vaux mieux que ça et ta vie n’en sera que meilleur, après le tout c’est de s’entourer des bonnes personnes!!et tu n’auras pas a devenir un pseudo mec complètement sans coeur!!
    cqfd

  2. Fushichô le 30 septembre, 2008 16:11

    Epicure, maxime XXVII :

    « Parmi les choses dont la sagesse se munit en vue de la félicité de la vie tout entière, de beaucoup la plus importante est la possession de l’amitié. »

  3. piklo le 30 septembre, 2008 16:56

    Tournure intéressante, on penserait du Yoda. Mais finalement il en a dit des choses vraiment justes cet homme. Merci Fushichô pour la valeur que tu ajoutes à mon blog

  4. Fushichô le 30 septembre, 2008 19:43

    Oh, merci du compliment. *blushing*

    J’aurai pas énormément appris de choses chez Nintendo au niveau professionnel (enfin un peu qd mm), mais ttes ces heures d’inactivité m’auront permis de lire plein de textes intéressants. Notamment Epicure (et j’ai du coup découvert que j’étais pas ermite, mais épicurien, grâce à sa maxime XIV ^^), et je te conseille les liens suivants :

    Lettre à Mécénée : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/philosophie/textes/epicuremenecee.htm

    Sentences vaticanes : http://membres.lycos.fr/epicuur/epicurlet4.html

    Maximes : http://membres.lycos.fr/epicuur/epicurmax1.html

    Ainsi que ce texte de Sénèque, un peu plus long que les liens précédents, intitulé « De la brièveté de la vie » (deux traductions différentes)

    http://www.ac-nice.fr/philo/textes/Seneque-Brievete.htm

    ou

    ftp://ftp.ac-toulouse.fr/pub/philosophie/senequedelabrievetedelavie.rtf
    (pê plus facile à lire, mais les paragraphes sont pas dans le bon ordre vers la fin)

    Les Satires, de Juvénal, m’ont aussi bien plu, mais dans un genre différent. Par contre, surtout faut les replacer dans le contexte de l’époque pour comprendre, entre autres, l’immense misogynie de Juvénal (http://ugo.bratelli.free.fr/Juvenal/DetailsJuvenalSatires.htm). C’est plus le parallèle entre notre époque et la Rome décadente qui m’a plu dans ces textes.

    Je suis dans une période auteurs latins ^^

  5. tom aubertel le 18 mars, 2010 13:08

    recherche la notion de « surmoi » en psychanalise (Freud, 1923), sa t’aidera à comprendre pas mal de choses inconscientes
    Ainsi que les idées d’Epicure.
    Le monde moderne d’aujourd’hui à juste pris trop de distance avec les plaisirs individuels et collectifs. A présent la pudeur exessive est de mise, STUPIDITE !
    Bref, bonne chance pour l’exploration de tes désirs enfuits.

Laisser une Réponse