Soyons positifs

Avez-vous déjà remarqué que lorsqu’on se sent bien dans sa peau, quand on est sûr de soi, on attire les gens et les événements heureux à nous?

Illustration par l’exemple. J’ai toujours eu cette impression lorsque j’étais en couple et que tout allait bien (N.B. souvent au début de la relation… ) que c’était justement là que j’avais l’impression d’avoir des ouvertures ou opportunités avec des personnes du sexe opposé.

C’est certainement lié à un rayonnement inconscient de notre bien-être qui attire les autres. À l’inverse, si on est déprimé et d’humeur morose, on repousse sans le savoir le monde qui nous entour. L’homme recherchant par nature le bien-être, on est naturellement attiré par ce qui peut nous l’apporter.

Mais est-ce suffisant d’être en compagnie de gens heureux pour le devenir? Je ne le pense pas. J’ai remarqué que chez de nombreuses personnes qui, si on leur demande comment s’est déroulée leur journée, vont vous parler exclusivement des événements contrariants qui se sont produits. Le fait de se plaindre ne permet que rarement de soulager sa peine. Ce sera le cas pour des faits marquants, ne pouvant êtres facilement évacués par la distraction comme pour un drame familial. Mais dans la majorité des cas, se plaindre n’amène à rien. Au mieux, les amis finissent par se lasser car quoi qu’il se passe dans votre vie, il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Si, sur une journée, on ne retenait que les 5 minutes de retard que le train a eu, la petite engueulade avec un supérieur, le fait d’avoir mal dormi la nuit… on se pourrit la vie pour rien. Les personnes qui ont cet état d’esprit finissent immanquablement seules par la lassitude qu’elle génèrent.

Alors si je peux me permettre de donner un conseil, quand ça ne va pas, pensez aux moments heureux dans votre journée, votre vie, ça ira mieux après.

En bonus, une vidéo de ma chanson du moment, Lorie, la positive attitude… non je déconne c’est Panic! at the disco : Nine in the Afternoon

Mon ange, ma petite fée, mon p’tit bout d’amour

Voilà Cloé, demain tu auras 2 ans. Deux années se sont écoulées depuis ce jour si important dans ma vie. Malheureusement elles ne se sont pas aussi bien passées que je l’aurais souhaité, c’est le moins qu’on puisse dire.

J’aurais voulu t’offrir une vie de famille normale, il n’en sera rien. À la place, tu as à vivre la séparation de ton papa et de ta maman. Un jour peut-être tu comprendras pourquoi on en est arrivé là. Pourquoi j’ai une telle colère en moi et pourquoi je ne peux pas la crier comme j’aimerais le faire. Un jour tu apprendras la vérité, sur tes parents, sur le côté sombre et cruel que les gens qu’on aime peuvent avoir. Ce jour là, tu seras sans doute en colère et triste toi aussi. D’avance je m’en excuse, mais cela te permettra sans doute d’être plus forte et moins sensible que je ne le suis aujourd’hui. Si comme moi tu fais trop confiance aux gens, tu risques toi aussi d’être profondément déçue.

Je t’aime cloé, et même si ce soir je pleure en écrivant ces lignes, je te fais la promesse de toujours être là pour toi et de t’apporter le plus de bonheur possible, tout au long de ta vie.

Pour apporter un peu de joie à ce billet, voici une vidéo de toi, c’était il y a deux jours.

Y’en a marre des meufs

voilà un clip marrant par sa réalisation et par son texte. Je pense, sans vouloir être misogyne qu’il y a certaines vérités dedans… 😀

Et même si c’est du déjà entendu ça reste toujours drôle.

Update: Voici un site très sympa pour s’amuser à composer des visages. C’est vraiment très bien fait et très amusant.

Mes premiers centimes Google…

En seulement 2 mois et grâce aux annonces Google sur mon site, je viens de toucher mes premiers centimes. Et oui, les visites sur ce blog m’ont fait gagner la somme mirobolante de 0,06 $US, incroyable!. A ce rythme et en considérant le taux de change actuel entre le dollar et l’euro, il ne me faut que 54 mois pour m’acheter une baguette de pain ou encore 6520 années et 6 mois pour m’acheter mon iMac.

C’est pas beau la vie quand même? Je me demande quand même si je ne vais pas mettre un bouton PayPal pour qu’on puisse me faire un don…

Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.

Cette maxime d’origine religieuse et reprise dans l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, est aussi le principe qui régit ma vie depuis longtemps et auquel j’essaie d’être le plus fidèle.

Si j’en parle ici, c’est simplement parce que les évènements que j’ai eu et que je vais avoir à gérer m’ont fait réfléchir à ce principe. Si on devait bêtement tirer une leçon de tout ça, il serait facile de se dire qu’après tout, il suffit d’être moins altruiste. Trop bon, trop con ne dit-on pas? Et pourtant, si je devais changer à ce point, il serait alors fort probable que je me perde complètement. Je ne serais alors simplement plus moi. Je deviendrais un autre, un type comme je ne les aimes pas.

En restant moi même j’ai plus de chance de rencontrer, un jour, une personne qui partagera la même philosophie de la vie que la mienne. En restant moi même, je pourrais prouver qu’il est possible d’être heureux en ce monde en ne cherchant pas à utiliser, tromper ou encore critiquer, les gens qui m’entourent.

On m’a dit un jour que tant que la vérité n’est pas connue, il n’y a pas de mal… Drôle de manière de se déculpabiliser des mauvaises actions que l’on a commises. En agissant de la sorte, on ne peut plus jamais faire confiance à quelqu’un. Et la vie serait bien fade si tel était le cas. Quoi de plus difficile à gagner et à conserver que la confiance? Sans elle, comment peut-on vivre une relation pleinement heureuse et épanouie? Me concernant, je n’arrive pas à l’imaginer… et cela même si la confiance que j’ai pu donner dans le passé, a été simplement bafouée.

L’avenir me dira si j’ai eu raison ou non. Au moins j’aurai le sentiment d’avoir été quelqu’un de bien.

Page Suivante →